Nakassi Jeanjean, titulaire du D.U.M.I.

(Diplôme universitaire de musicienne intervenante)

Musicienne intervenante depuis 1997, souvent à l’étranger (Afrique, Asie), j’ai eu l’occasion de mettre en place de nombreux projets musicaux d’envergure variable, mêlant artistes professionnels et élèves de diverses structures.

Outre ma pratique musicale en tant que guitariste, bassiste ou chanteuse dans différentes formations et ma curiosité pour les musiques et instruments du monde, je me passionne pour la mise en place de liens musicaux entre les personnes – professionnels et amateurs, enfants et adultes – et entre différents lieux : écoles et festivals, rue et salles de concerts, centres culturels et espaces naturels.

Je suis aussi très sensible aux langues et aux différentes façons de communiquer. J'ai pu constater dans ma pratique à quel point la musique peut être un soutien important dans l'acquisition de langues étrangères en travaillant l'oral et la diction, la pratique physiologique avant le sens.

Tout moment musical crée des liens forts entre les personnes, professionnels et amateurs, de tous âges, de tous milieux, de toutes origines; il amène ainsi à plus d'empathie et de tolérance, des notions primordiales dans les rapports humains.

Vous souvenez-vous de la dernière fois où vous avez écouté une musique qui vous a donné envie de danser, de chanter, de rire ou de pleurer peut-être aussi ?! Une mélodie qui a fait ressurgir un souvenir, un lieu, une ambiance....

La musique apporte à chacun un panel énorme d'émotions. Donnons-nous des occasions de les ressentir et de les partager !

J'ai imaginé Las Notas del Colibrí comme une façon d'offrir la possibilité de vivre des moments musicaux intenses, de qualité et de découverte, qui donnent aux participants confiance en eux, leur permettent de s’ouvrir sur le monde pour gagner en autonomie, en connaissance de soi, apprendre et se construire autrement.

Si petit, le colibri se nourrit du nectar des fleurs.

Il est capable de voler sur place et en marche arrière.

Une légende amérindienne raconte un grand incendie dans la forêt.

Tous les animaux fuyaient, sauf le colibri qui faisait des allers-retours entre le fleuve et les flammes,

versant sur elles les quelques gouttes d'eau que pouvait contenir son bec.  

Un animal l'interrompit " Tu es fou ! il faut fuir !"

À quoi le petit  oiseau répondit :

" Je   fais ma part."

Cultiver l’écoute entre les êtres humains pour intégrer chacun dans ses différences et évoluer ensemble, telle est la part de LAS NOTAS DEL COLIBRI